* Cloverfield

Publié le par 67-ciné.gi 2008

undefined










Cloverfield science fiction de Matt Reeves

undefinedundefined









avec :
Lizzy Caplan, Jessica Lucas, T.j. Miller, Michael Stahl-David, Mike Vogel, Odette Yustman, Anjul Nigam, Margot Farley, Theo Rossi, Brian Klugman, Kelvin Yu, Liza Lapira, Lili Mirojnick, Ben Feldman, Elena Caruso, Vakisha Coleman, Will Greenberg, Rob Kerkovich, Ryan Key, Hooman Khalili, Rasika Mathur, Baron Vaughn, Charlyne Yi, Roma Torre, Rick Overton, Martin Cohen, Jason Cerbone, Pavel Lychnikoff, Billy Brown, Scott Lawrence, Jeff Deserrano, Tim Griffin, Chris Mulkey, Susse Budde, Jason Lombard e Jamie Martz


durée : 1h30
sortie le 6 février 2008

***

Synopsis
New York – Une quarantaine de ses amis et relations ont organisé chez Rob une fête en l’honneur de son départ pour le Japon. Parmi eux, Hub, vidéaste d’un soir, chargé d’immortaliser l’événement. La «party» bat son plein lorsqu’une violente secousse ébranle soudain l’immeuble. Les invités se précipitent dans la rue où une foule inquiète s’est rassemblée en quelques instants. Une ombre immense se pro  le dans le ciel, un grondement sourd se fait entendre… et la tête de la Statue de la Liberté s’effondre brutalement sur la chaussée. L’attaque du siècle vient de commencer. Au petit matin, Manhattan ne sera plus qu’un champ de ruines…

undefined
***

Notes de production
"La peur s'est invitée dans nos vies. En consacrant un film à un événement aussi baroque et improbable que la destruction d'une ville par une créature géante, nous permettons au spectateur de vivre ses peurs en toute sécurité, et même d'en tirer du plaisir. J'ai moi aussi le désir de vivre ce genre d'expérience, de voir des films qui donnent corps et réalité à des événements plus grands que nature. Cloverfield remplit parfaitement cette mission." – J. J. Abrams, Producteur
L'idée de départ de Cloverfield germa dans la tête d'Abrams en juin 2006, durant l'escale nippone de sa tournée promotionnelle de Mission : Impossible III. Le créateur des légendaires séries "Felicity", "Alias" et "Lost", observant avec son jeune   ls la devanture d'une boutique de jouets, s'étonna de l'abondance de jouets et   gurines inspirés de Godzilla : "J'ai été frappé par la longévité de ce monstre des années cinquante, comparée à la relative fugacité de nos propres créatures fantastiques."
Abrams conçut peu de temps après l'idée d'un film mettant en scène un monstre d'un genre inédit, dans une optique toute différente des innombrables suites et remakes de Godzilla : "J'ai pensé à un monstre de la taille d'un gratte-ciel, vu à travers le regard de personnages humains et non plus filmé "du point de vue de Dieu" ou d'un réalisateur omnipotent." Abrams contacta le scénariste Drew Goddard, avec lequel il a travaillé à de nombreuses reprises sur "Alias" et "Lost".
"J. J. m'a dit au téléphone : "Je veux te parler d'un truc… géant !" Nous n'avions alors rien de plus que l'idée de base, à savoir un monstre gigantesque, filmé caméra à la main. Ce point de départ m'a suffi; j'étais accroché."
J. J. Abrams : "Drew est le premier scénariste auquel j'ai pensé parce qu'il sait habilement marier grand spectacle, film de genre et monstres sans négliger l'aspect comédie et la dimension humaine."

undefined
Et le producteur Bryan Burk d'ajouter : "Cloverfield serait à l'évidence un film de genre, mais qui restituerait avec un maximum d'intensité les expériences et émotions de ses personnages. Nul n'était plus qualifié que Drew pour l'écrire."
Abrams et Goddard se retrouvèrent quelques semaines plus tard pour élaborer un traitement de 5 pages couvrant le premier acte du film. Durant les fêtes de fin d'année, Goddard en tirerait un premier jet de 58 pages.
Le projet, plaisamment décrit par Abrams comme "un mélange de comédie dramatique à la Cameron Crowe, de Godzilla et de Blair Witch Project", fut alors présenté à Brad Weston et Brad Grey de Paramount Pictures, qui lui donnèrent aussitôt le feu vert.
"Au studio, chacun mesurait bien l'enjeu et nous demandait "Mais vous pouvez vraiment faire ça ?" À quoi nous répondions bien sûr par l'affirmative", se souvient Burk.
"C'était tout le contraire de ce qu'on entend habituellement quand à la frilosité d'Hollywood", ajoute Goddard. "Tout le monde était partant, et ça n'a été que du bonheur dès la première minute."
"Il est rare qu'un film réponde à toutes vos attentes", note la productrice exécutive Sherryl Clark. "Le résultat final m'enthousiasme autant que le traitement initial de cinq pages !"
Tandis que Goddard s'attelait au développement du scénario, les producteurs se mettaient en quête d'un réalisateur. Le choix se porta sur Matt Reeves, ami de longue date d'Abrams, rencontré à l'âge de 13 ans lors d'un concours de films amateurs, et avec lequel Abrams a créé il y a dix ans la série à succès "Felicity".
Le choix était aussi audacieux qu'inattendu, car Reeves n'avait aucune expérience du film de genre et des effets visuels. Mais Abrams avait d'autres raisons pour penser qu'il était l'homme de la situation.
J. J. Abrams : "Ce film est à l'opposé de tout ce que Matt avait fait à ce jour, mais j'ai opté pour lui parce qu'il a toujours accordé la primauté aux personnages. Je savais qu'il se focaliserait bien davantage sur ceux de Cloverfield qu'un réalisateur de pub ou de vidéos, et qu'il nous permettrait de partager leurs émotions."
Le film s'intéresse effectivement bien moins aux déprédations commises dans les rues de Manhattan par un monstre géant qu'au périple haletant d'un petit groupe de jeunes confrontés à une crise extrême. Le tout capté par un vidéaste amateur totalement dépassé par les événements…
Matt Reeves : "Ce qui m'attirait dans ce projet était l'idée de traiter une catastrophe majeure à une échelle intimiste. L'ambiance émerge de notre proximité physique et affective aux personnages. Le challenge consistait à créer quelque chose de réel à partir d'un événement fantastique, aussi absurde qu'une attaque de monstre sur New York."
La première section du film est une soirée entre amis qui permet d'installer en une vingtaine de minutes les relations des personnages.
Matt Reeves : "Le spectateur s'attend à ce qu'on poursuive dans ce registre, mais voilà que déboule cette histoire de monstre complètement dingue qui nous plonge en quelques instants dans un drame épique."
Drew Goddard : "Après la décapitation de la Statue de la Liberté, qui donne le signal des hostilités, vous n'aurez plus guère l'occasion de vous pencher sur la psychologie des personnages. Il était donc important de les situer avec précision dans ce premier acte, avant que le ciel ne leur tombe sur la tête."
Des fragments récurrents d'enregistrements antérieurs illustrent la relation amoureuse de Rob et Beth.
Matt Reeves : "En interposant les images du présent, captées tant bien que mal par Hud, et celles du passé, prises par Rob, nous créons un effet de contraste qui intensifie le drame. Nous permettons aussi au spectateur de comprendre pourquoi Rob est prêt à tout pour sauver Beth. Ce film très rythmé, où les choses et les gens ne cessent de bouger, exigeait des interludes durant lesquels le spectateur se reconnecte aux personnages, tandis qu'eux-mêmes font le point et reprennent leur souffle avant une nouvelle épreuve, encore plus dramatique. Sans ces pauses, le film ne serait qu'un jeu vidéo."

undefined
***

Naissance d'un monstre : les effets visuels
Les effets visuels de Cloverfield ont été produits sous la direction des superviseurs d'effets visuels Kevin Blank et Eric Leven, du Tippett Studio, et Michael Ellis, du studio londonien Double Negative. Tippett réalisa tous les plans où figure le monstre, et Double Negative, toutes les destructions et séquences n'incluant pas le monstre.
J. J. Abrams : "Le concept du monstre est on ne peut plus simple : c'est un bébé tout juste sorti de l'eau où il a passé des milliers d'années. Il est désorienté, irritable…" Mais d'où vient-il donc ? "Nous n'avons pas cherché à répondre à cette question", dit Drew Goddard. "Ne vous attendez pas à voir débouler un savant en blouse blanche pour vous expliquer doctement les origines de la créature." Le monstre n'est pas seulement désorienté, mais furieux.
Matt Reeves : "Il ne comprend pas pourquoi ces moucherons – les hommes – s'acharnent contre lui. Tant d'hostilité finit par l'énerver."
Pour créer le monstre, J. J. Abrams engagea le vétéran Neville Page, qui venait tout juste de travailler sur Avatar de James Cameron, et qu'on retrouvera au générique du Star Trek d'Abrams.
J. J. Abrams : "On a vu tant de monstres géants au cinéma qu'il n'est pas facile d'innover. Ce que j'aime chez Neville, c'est son approche réaliste. Il n'a pas seulement le don d'inventer des créatures, mais d'en justifier chaque caractéristique physique et anatomique."
Bryan Burk : "Neville est brillant. Il pense la créature dans sa totalité, de son mode de vie à sa démarche, à sa respiration, à l'apparence de sa peau, etc." À peine né, le monstre tente de se débarrasser des parasites qui grouillent sur sa peau. En se frottant le dos à un gratte-ciel, il détruit le bâtiment et libère dans la nature des centaines de parasites voraces et véloces, de la taille d'un chien, qui causeront eux-mêmes de sérieux dégâts. "Chez Tippett, nous avons souvent conçu des créatures ultrarapides qui sautent sur les gens et les réduisent en charpie", rappelle Leven. "Les petits derviches tourneurs de Cloverfield détruisent tout sur leur passage. Ils constituent un danger mortel… et nous les adorons !"

undefined
***

Fiche technique
Réalisation : Matt Reeves
Scénario de : Drew Goddard
Produit par : J.j. Abrams et Bryan Burk
Producteurs exécutifs : Guy Riedel et Sherryl Clark
Directeur de la photographie : Michael Bonvillain, Asc.
Chef décorateur : Martin Whist
Chef monteur : Kevin Stitt, A.c.e.
Chef costumière : ELLEN MIROJNICK
Superviseurs effets visuels : Kevin Blank, Michael Ellis et Eric Leven
Productrice effets visuels : Chantal Feghali
Concepteur créatures : Neville Page
Producteur associé : David Baronoff
Casting : Alyssa Weisberg
Directeur de production : Udi Nedivi
Premier assistant réalisateur : Rip Murray
Deuxième assistant réalisateur : Katie Carroll
Directeur artistique : Douglas J. Meerdink
Décorateur de plateau : Robert Greenfield
Cadreurs : Chris Hayes, Robert Reed Altman et Andy Shuttleworth
Superviseur imagerie numérique : Nick Theodorakis
Scripte : Dawn Gilliam
Ingénieur du son : Ed White, C.a.s.
Chef éclairagiste : Rick A. West
Chef électricien : John R. Manocchia
Chef machiniste : Anthony T. Marra Ii
Chef accessoiriste : Michael Glynn
Coordinateur effets spéciaux : David Waine
Coordinateur effets visuels : Jay Worth
Superviseur postproduction : Rich Stirling
Moyens postproduction audio : Skywalker Sound, A Lucas  lm Ltd. Company et Marin County, California
Chefs monteurs son & Sound Designers : Douglas Murray et William Files
Réenregistrements : Andy Nelson, Anna Behlmer et Douglas Murray
Monteurs effets sonores : Luke Dunn-Gielmuda et Robert Shoup
Monteuse dialogues : Cheryl Nardi
Monteuses synchro : Suzanne Fox et Gwendolyn Yates Whittle
Monteur bruitages : Samuel H. Hinkley
Bruiteurs : Goro Koyama et Andy Malcolm
Monteuse musique : Stephanie Lowry
Effets animatroniques : Creative Character Engineering
Design & Supervision des effets animatroniques : Andrew Clement
Chef cascadeur : Rob King
Cascades : Jonathan Arthur, Heather Arthur, Laura Lee Connery, Shauna Duggins, Annie Ellis, Dana Dru Evenson, Tanner Gill, Richard Humphreys, Craig Jensen, Mike King, Cole Mckay, Eric Norris, Dan Plum, Steven Riley, Vern Savage, Dennis Scott, Tyler Vogt et Webster Whinery, Jr.
Effets visuels par : Double Negative
Superviseur infographie : David Vickery
Producteur : Rupert Porter
Animation et  Effets visuels créatures : Tippett Studio
Productrice effets visuels : Annie Pomeranz
Superviseur animation : Tom Gibbons
Chef éclairagiste : Steve Reding
Compositing : Chris Morley
Générique de début : Pic, Pamela Green, Jarik Van Sluijs, Julio Ferrario, Gary Hebert et Bao Luu
Générique de fin : Scarlet Letters

***

undefinedprésentation réalisée avec l’aimable autorisation de
 


remerciements à
Séverine Capy, Denis Ruef et Sylvie Forestier
logos, textes & photos © www.paramountpictures.fr

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article