* 2ème sous-sol

Publié le par 67-ciné.gi 2008

undefined










2ème sous-sol thriller de Franck Khalfoun (interdit au -16 ans)

08logsnd.jpgundefined









avec :
Hilary Swank, Gerard Butler, Lisa Kudrow, Harry Connick, Jr, Gina Gershon, Kathy Bates, Jeffrey Dean Morgan, James Marsters et Nellie Mckay


durée : 1h38
sortie le 5 mars 2008

***

Synopsis
Le soir de Noël, Angela reste tard au bureau pour finaliser un contrat.
Elle descend au parking pour prendre sa voiture qui ne démarre plus.
Le gardien du parking lui vient en aide et lui propose de venir prendre un verre. Après lui avoir ri au nez, elle perd connaissance pour se réveiller
ligotée dans la loge du gardien, bien décidé à la garder pour le réveillon.

undefined
***

Notes de production
Qui n'a jamais eu d'angoisse en traversant un parking sombre et désert ? 2ème sous-sol concrétise de manière effrayante cette peur de se retrouver piégé dans le noir, isolé et traqué. Dans la lignée des grands thrillers où se joue la danse impitoyable du chasseur et de sa proie, 2ème sous-sol porte à un niveau insoutenable cette terreur sourde que nous avons tous éprouvée… Après 2ème sous-sol, vous ne verrez plus jamais les parkings souterrains de la même façon.

Interdiction de stationner
Si 2ème sous-sol joue sur notre peur naturelle de se retrouver seul dans le noir, ce n'est pas un hasard. Ce huis clos à haute tension a été soigneusement orchestré pour ne pas nous laisser une seconde de répit par un talentueux trio d'artistes : le réalisateur Franck Khalfoun et les scénaristes Alexandre Aja et Grégory Levasseur.
Alexandre Aja, qui est aussi producteur du film, explique : « Exactement comme Les dents de la mer faisait remonter à la surface notre peur latente de l'eau, le but de 2ème sous-sol était de réveiller la terreur d'être piégé dans un endroit sombre, comme un parking souterrain, où personne ne peut vous trouver ni vous aider. Nous sommes sincèrement désolés si nous avons traumatisé certaines personnes et si des gens ont peur maintenant de se garer dans un parking... Nous voulons juste que le public s'amuse. »
Cinéaste français reconnu, Alexandre Aja commente : « Grégory, mon coscénariste et partenaire de longue date, et moi avions déjà exploré un territoire similaire à celui de 2ème sous-sol dans notre film Haute tension. Nous avons pensé que ce serait mieux si quelqu'un d'autre réalisait 2ème sous-sol. Nous avions déjà travaillé avec Franck en tant qu'acteur sur Haute tension, et nous savions qu'il pourrait apporter de nouvelles idées et que nous pourrions l'aider sur le tournage par notre expérience au niveau des aspects techniques de la réalisation. »
Franck Khalfoun, qui signe donc avec 2ème sous-sol sa première réalisation, déclare : « Depuis le début, il a toujours été question de travailler tous ensemble avec pour seul but de trouver les meilleures idées possibles pour l'histoire. Nous avons créé les personnages en commun, les avons développés et avons veillé sur eux pendant toute la création du film. »

undefined
Tout a commencé lorsque Alexandre Aja et Grégory Levasseur ont lu un article sur une femme à Paris qui avait été piégée et terrorisée dans un parking.
Grégory Levasseur confie : « Je travaille avec Alex depuis dix ans et j'ai trouvé génial de voir Franck se joindre à nous. Puisque nous avions construit l'histoire ensemble, nous avons été capables de travailler naturellement en collaboration pendant tout le tournage. Nous avons construit des personnages forts, crédibles quelle que soit la situation dans laquelle ils se trouvent. »
Selon les cinéastes, les couloirs labyrinthiques de 2ème sous-sol reflètent les peurs des deux personnages principaux. Celle d'Angela est de se retrouver piégée dans cette obscurité menaçante et d'être incapable de s'enfuir, alors que la peur de Thomas est de rester seul dans ce parking, privé de la compagnie d'un autre être humain et d'amour.
Franck Khalfoun commente : « Que ce soit lui, qui travaille enfermé dans le parking, ou elle, qui ne peut pas en sortir, ils sont tous les deux prisonniers du 2ème sous-sol. Je crois sincèrement que ce cadre à vous rendre claustrophobe a aidé les acteurs à entrer dans leurs personnages. »

Face-a-face sous terre
Angela est une jeune femme avide de réussite qui refuse de laisser une tâche inachevée, même une veille de Noël. En restant au bureau après que ses collègues soient tous rentrés chez eux, elle se trouve subitement dans une situation mortelle. Prise au dépourvu, elle réussit quand même à agir avec intelligence face à un individu profondément dérangé et dangereux.
Patrick Wachsberger, un des producteurs du film, président de Summit Entertainment Llc et président-directeur général de Summit International, déclare : «  J'aime que le mécanisme reste très simple, alors que le cadre est terrifiant. Ce qui m'a vraiment attiré, c'est la force de cette femme qui, dans une situation horrible, refuse de se comporter en victime. »
Un des points majeurs de l'intrigue est l'élément de surprise issu de l'occasion qui est donnée à l'un des protagonistes d'agir selon ses désirs, bons ou mauvais. Les motivations des deux héros sont elles aussi surprenantes, d'autant plus qu'Angela et Thomas ont très peu de choses en commun. Mais selon Frank Khalfoun, « les personnages et les acteurs qui les interprètent ont bien plus en commun que ce que l'on pourrait croire au départ. »
L'acteur Wes Bentley, qui interprète Thomas, observe : « Cette histoire vous traite intelligemment, ce qui la rend d'autant plus efficace. Le scénario était fascinant à lire - cette histoire m'a poursuivi longtemps après que j'en ai terminé la lecture, et elle prend encore plus de force maintenant qu'elle existe sous forme d'images. »
Thomas est à première vue un jeune homme ordinaire plutôt sympathique, mais très vite, il montre sa vraie nature. Wes Bentley explique : « A sa manière, étrange certes, Thomas prend soin d'Angela. Mais ce qui est le plus fascinant, c'est que c'est un être complexe : il y a des choses qu'il ignore sur lui-même, que j'ai pu découvrir et explorer. Thomas a une personnalité difficile à expliquer. En tant qu'acteur, vous réalisez qu'il y a là bien plus que ce qui est écrit sur la page, surtout pour un thriller. Interpréter Tom était psychologiquement stimulant, et le film l'est aussi.
»
A propos de sa partenaire, Bentley confie : « Rachel est une actrice stupéfiante - quand elle est arrivée sur le plateau, pleinement préparée, elle était déjà Angela. C'est l'instinct de survie qui guide Angela dans la situation qu'elle traverse, et on peut littéralement voir l'adrénaline l'envahir lorsqu'elle décide de se défendre. »
Franck Khalfoun révèle lui aussi son admiration pour l'héroïne du film : « Rachel a été choisie pour son intelligence - Angela est une femme intelligente. Elle ne prend jamais une décision stupide comme le font tant de personnages féminins dans les films d'horreur et les thrillers. »
Rachel Nichols commente : « J'aimerais croire que je serais aussi forte qu'Angela dans une situation semblable, si je m'y trouvais confrontée. Angela sait quand il faut fuir et quand obéir, quand il faut reconnaître une opportunité en un quart de seconde et l'utiliser à son avantage. Elle est impressionnante, elle est forte. C'est une fille qui sait quand tout se joue, quand il s'agit de lutter ou périr. »
Rachel Nichols confie : « J'étais ravie de jouer avec Wes Bentley. Quand j'ai appris qu'il avait aussi signé, j'ai su que j'allais avoir pour partenaire quelqu'un que je respecte et que j'admire. Nous avons beaucoup plaisanté pendant les répétitions, mais aussitôt qu'on entendait Action ! , on redevenait instantanément le prédateur et la proie. »

undefined

Craindre la peur elle-même
A propos des écueils inhérents à la création d'un thriller efficace, Alexandre Aja explique : « La peur naît du contraste et de la découverte de nouvelles façons de l'exprimer. Il ne faut jamais se répéter. »
Tournant dans l'enceinte d'un unique décor, un vrai parking souterrain ouvert au public, les acteurs et l'équipe de tournage devaient travailler la nuit pour que le parking puisse fonctionner normalement le jour. Comme l'histoire se déroule au cours d'une nuit, le cadre était réaliste, mais cela a demandé quelques efforts pour rendre l'endroit plus photogénique.
Pour le directeur de la photo, Maxime Alexandre, qui avait déjà éclairé Haute tension pour Alexandre Aja, la création des différents niveaux de suspense reposait sur la mise en lumière. Il se souvient : « Pour la première fois de ma carrière, je travaillais dans un seul et même endroit pour le déroulement de toute l'histoire. Puisque nous ne pouvions utiliser que des variations de lumière pour représenter les différents niveaux du parking, nous avons découpé le script en trois parties. Dans la première, l'éclairage est très fort et Angela se sent en sécurité. Dans la deuxième, Angela se retrouve dans l'obscurité complète, excepté quelques lumières de sécurité. Dans la troisième partie, après la grande scène entre Angela et Thomas, l'intensité des lumières est quelque part entre les deux premières parties. L'idée était de faire monter la pression petit à petit sans que le public s'en aperçoive. »
La tâche du chef décorateur, Oleg Savytski, a consisté à transformer ce qui était essentiellement un environnement monochromatique en un personnage silencieux de l'histoire. Il commente : « L'idée générale est que plus vous descendez, plus cela devient sombre et angoissant. L'histoire a beaucoup de style, mais elle se déroule dans un parking, alors j'ai trouvé une palette de couleurs pour montrer distinctement au public les quatre niveaux qui sont dans le film, alors que nous tournions sur seulement deux niveaux. »
Oleg Savytski poursuit : « J'ai élaboré des jeux de couleurs très organiques, qui sont de plus en plus sombres, avec une atmosphère de plus en plus pesante au fur et à mesure que l'histoire du film descend dans les profondeurs du parking. J'ai beaucoup aimé que l'histoire se déroule en totalité dans un parking souterrain. C'est un cadre vraiment formidable pour un thriller psychologique. »
Wes Bentley, qui a travaillé avec Oleg Savytski sur la comédie indépendante Weirdsville juste avant 2ème sous-sol, a été impressionné par ce que le chef décorateur a réussi à faire d'un endroit aussi dénué de potentiel esthétique. Il remarque : « Le décor était stupéfiant. C'était sombre et oppressant, à en devenir claustrophobe. C'était tout ce qu'on peut imaginer d'effrayant dans le fait d'être piégé dans un lieu souterrain, mais en dix fois pire ! »
Erik Feig, un des producteurs de 2ème sous-sol et président de la production mondiale et des acquisitions chez Summit Entertainment, a dirigé le développement du film et l'a guidé pendant toute la production. Il confie : « C'était l'un des scénarios les plus angoissants que j'aie lus depuis longtemps ! Le film était déjà là, dans toute sa force, dès la lecture. J'ai été enchanté de travailler avec Franck, qui est un réalisateur doué d'un instinct très sûr, et d'avoir la chance de collaborer avec un talent aussi exceptionnel qu'Alexandre Aja. Mais à présent, je suis moins à l'aise dans les parkings… »

undefined
***

Fiche technique
Réalisateur : Franck Khalfoun
Scénaristes : Franck Khalfoun, Alexandre Aja et Gregory Levasseur
Directeur de la photographie : Maxime Alexandre, A.I.C.
Chef décorateur : Oleg Savytski
Chef monteur : Patrick Mcmahon
Chef costumière : Ruth Secord
Musique originale : Tomandandy
Superviseur de la musique : Buck Damon
Producteurs : Alexandre Aja, Gregory Levasseur, Patrick Wachsberger et Erik Feig
Producteurs exécutifs : David Garrett et Alix Taylor
Textes : Pascale & Gilles Legardinier

***

undefined

présentation réalisée avec l’aimable autorisation de

remerciements à
Olivier Lebraud
logos, textes & photos © www.snd-films.com

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article