* Iron man

Publié le par 67-ciné.gi 2008











  Iron man fantastique de Jon Favreau


08logsnd.jpgundefined









avec :
Robert Downey Jr., Terrence Howard, Gwyneth Paltrow, Jeff Bridges, Shaun Toub, Leslie Bibb, Clark Gregg, Bill Smitrovich, Faran Tahir, Ghostface Killah, Sahar Bibiyan, Sayed Badreya, Fahim Fazli, Micah A. Hauptman, Tim Guinee, Stan Lee et Nazanin Boniadi


durée : 2h05
sortie le 30 avril 2008

***

Synopsis
Inventeur de génie, Tony Stark a bâti un véritable empire industriel : à la tête de Stark Industries, il est devenu l’un des principaux fournisseurs d’armements stratégiques du gouvernement américain.
Alors qu’il supervise des essais d’armement, il est kidnappé par un groupe d’insurgés qui l’obligent à concevoir une arme redoutable. Mais sans éveiller la méfiance de ses ravisseurs, il réussit à mettre au point une armure ultrasophistiquée qui lui permet de prendre la fuite.
De retour aux Etats-Unis, Tony fait le serment d’orienter Stark Industries dans une toute nouvelle direction. Mais il doit affronter Obadiah Stane, son ancien bras droit, qui a pris le contrôle de l’entreprise en son absence. Travaillant sans relâche dans son atelier, Tony fabrique alors une armure lui assurant une force surhumaine.
Avec l’aide de son assistante Pepper Potts et de son officier de liaison Rhodey, il s’engage dans un combat contre les forces du mal qui cherchent à détruire la planète. Désormais vêtu de son armure rouge et or, Tony est devenu Iron Man…


***

Au coeur de l’univers Marvel
Fort d’un catalogue de plus de 5000 personnages, Marvel Entertainment est l’un des principaux groupes de médias du monde. L’entreprise commercialise les droits d’exploitation de ses personnages dans les secteurs de l’édition, du jouet, du cinéma et de l’audiovisuel, des jeux vidéo et des jeux de rôle, et du marketing. Editeur de BD mythiques depuis une soixantaine d’années, Marvel a su faire de ses personnages les héros de productions cinématographiques spectaculaires.
Le regain d’intérêt d’Hollywood pour l’univers Marvel s’est traduit par d’énormes succès au box-office, comme les sagas Spider-Man, X-Men, ou Les 4 Fantastiques. Depuis dix ans, les adaptations de Marvels ont généré près de 5 milliards de dollars de recettes dans le monde entier.
David Maisel, patron de Marvel Studios, explique le succès phénoménal des transpositions des BD pour le grand écran. “Ces films parlent autant de l’homme que du superhéros,” affirme-t-il. “Nous faisons appel à de grands comédiens auxquels tout le monde peut s’identifier, jeunes ou moins jeunes.
Depuis sept ou huit ans, nous avons eu la chance de trouver des acteurs qui incarnent formidablement nos personnages,” ajoute Kevin Feige, producteur de Iron Man et président du département production chez Marvel Studios. “Nous avons également su attirer de grands metteurs en scène et des techniciens de talent, dans les domaines des effets visuels ou de la photo.
En 2007, Maisel a annoncé que la société allait autofinancer dix longs métrages, dont Iron Man, L’incroyable Hulk, Captain America, Thor et Ant Man.
Iron Man, qui a fait son apparition dans l’album Tales of Suspense en avril 1963, est l’un des personnages les plus populaires des Marvel Comics. Stan Lee, Larry Lieber, Don Heck et Jack Kirby se sont en partie inspirés du magnat de la presse Howard Hughes pour le personnage de Tony Stark.
Howard Hughes était l’une des personnalités les plus marquantes de son époque,” explique le producteur exécutif Stan Lee. “C’était un inventeur, un aventurier, un multimilliardaire, un homme à femmes et, pour finir, un cinglé !” “Ce qui m’a poussé à créer un personnage comme Iron Man, c’est que je voulais tenter quelque chose qui change du super-héros habituel,” poursuit Lee. “En 1963, il incarnait tout ce que les jeunes lecteurs de l’époque ne portaient pas dans leur coeur : c’était un industriel qui inventait des machines de guerre. Je me suis dit que j’allais m’arranger pour que les jeunes le trouvent attachant en faisant de lui un type intéressant, riche, élégant et séduisant. Mais j’ai aussi voulu qu’il ait un problème cardiaque afin de casser son côté ‘parfait’ et de faire en sorte que les lecteurs s’inquiètent pour lui. L’accueil a été formidable et, parmi tous les personnages Marvel, Iron Man est celui qui a reçu le plus de courrier de fans de la part des lectrices. Les gens de tous les âges se sont reconnus dans le côté humain du personnage.
Par ailleurs, Iron Man est le seul super-héros qui ne doive ses super-pouvoirs qu’à lui-même. “Dans l’univers Marvel, Iron Man peut rivaliser avec Spider-Man, les X-Men et les 4 Fantastiques,” affirme Kevin Feige. “Cela fait quarante ans que cela dure, et si Iron Man a tant séduit les lecteurs, c’est parce qu’il n’est pas un mutant : il n’a pas subi de mutation biologique et n’a pas été piqué par un insecte. Il n’est qu’un homme qui s’est servi de son génie créatif pour inventer une armure extrêmement sophistiquée.
C’est à la fois la dimension humaine et le mode de vie glamour du personnage qui ont décidé la société Marvel Studios, récemment créée, à tirer un film de la BD Iron Man.
“Iron Man est un personnage qui nous intéressait,” ajoute le producteur Avi Arad. “Nous sommes très satisfaits des sagas Spider-Man et X-Men, mais ce qui nous plaisait chez Iron Man, c’est qu’il permet d’aborder des thèmes en prise directe avec notre société et le monde d’aujourd’hui. C’est une histoire qui parle de rédemption et d’un homme qui ne pourra révéler sa part héroïque que dans des circonstances extrêmes.
Cela fait longtemps que Marvel réussit à incarner ses personnages de BD à l’écran, et Iron Man s’inscrivait logiquement dans cette démarche,” renchérit le producteur Peter Billingsley. “C’est la première fois que Marvel finance un film à 100%, et la société a consacré beaucoup de temps et d’énergie au développement du projet. Comme il s’agit d’un album très ancien, nous avions 40 ans d’intrigues différentes à notre disposition.


***

Le casting
Tandis que le scénario était en développement, les producteurs se sont mis à la recherche d’un comédien capable de camper le personnage complexe de Tony Stark. “Stark est un homme célèbre et très controversé,” observe Favreau. “Son visage a souvent fait la Une des journaux avant même qu’il ne devienne Iron Man. Il est à la tête d’une usine d’armement depuis longtemps, mais il prend soudain conscience des conséquences de son activité. Comme s’il se réveillait tout d’un coup en se rendant compte qu’il est un sale type alors qu’il s’est toujours considéré comme un homme respectable. On pourrait croire, à première vue, qu’il a tout pour être heureux, mais Tony Stark est un personnage complexe qui traverse une crise personnelle.
Contre toute attente, les producteurs choisirent de confier le rôle de Tony Stark à Robert Downey Jr, cité à l’Oscar. “Robert Downey Jr avait autant envie d’interpréter Tony que moi de lui confier le rôle,” explique Favreau. “Il ne correspondait pas forcément aux critères d’un studio, mais Marvel m’a donné toute liberté pour choisir le comédien que je voulais. Dans l’univers Marvel, l’image du super-héros est celle d’une star mais, en général, les producteurs ont préféré faire appel à des comédiens talentueux pour les incarner, en capitalisant sur la ‘marque’ Marvel pour attirer le plus large public. C’est une recette qui a bien fonctionné. Cela nous a laissé une grande liberté créatrice, et Robert Downey Jr a complètement compris notre démarche.
Pour Downey, l’opportunité de camper Tony Stark et d’endosser l’armure rouge et or correspondait à un rêve de gamin. “Je suis américain,” souligne-t-il. “J’adore les Marvel Comics et j’ai lu Iron Man et Spider-Man quand j’étais petit. J’ai toujours eu une préférence pour Iron Man en raison de son intelligence et de son ingéniosité. Les super-héros sont sensationnels, mais les super-héros qui fabriquent des armes, puis qui conçoivent une armure qui leur permet d’avoir des super-pouvoirs, c’est le summum !
C’est un homme qui se pose beaucoup de questions, et à juste titre,” ajoute-t-il. “Il ne prend conscience du rôle qu’il peut jouer que lorsqu’il se met à vivre en accord avec un certain code éthique. C’est un formidable thème pour un film.
C’était vraiment une bonne idée de choisir Robert pour le rôle,” souligne Fergus. “C’est sans doute un choix un peu décalé, mais Marvel s’avère souvent visionnaire dans ses décisions de casting. Quand on apprend le nom des comédiens retenus, on se dit dans un premier temps ‘Intéressant’, et cela se révèle plus qu’intéressant au final : lorsqu’on voit le film, on comprend qu’on ne pourrait imaginer personne d’autre dans le rôle. Le public apprécie l’audace de Marvel.
Downey, qui s’est par ailleurs investi dans le développement du scénario, s’est préparé physiquement aux exigences du tournage, en pratiquant la musculation et en s’exerçant aux arts martiaux. “Il y a environ un an, je me suis décidé à étoffer un peu ma musculature, ce qui n’est pas évident quand on approche la quarantaine,” note-t-il. “Je me suis dit que tant qu’à jouer dans un film comme Iron Man, autant le faire maintenant avant que ça ne devienne ridicule de me retrouver en collants et d’exhiber mes chairs flasques. J’ai donc commencé par faire de la musculation car je ne suis plus un gamin, et il fallait que je me muscle pour soulever les poids que je m’apprêtais à soulever. C’était vraiment une question de survie pour moi, et cette phase difficile de préparation s’est avérée payante pendant le tournage.
Favreau s’est montré impressionné par l’endurance du comédien : “Robert ne s’est pas ménagé pour prendre l’aspect physique qui convient à un super-héros,” affirmet- il. “Il a pris le rôle à bras-le-corps, pas seulement d’un point de vue physique, mais aussi d’un point de psychologique. Il s’est pas mal reconnu dans le personnage, et il a parfaitement compris la réalité du rôle avant même le début du tournage.
Les producteurs s’intéressèrent ensuite aux autres rôles. Principale entreprise d’armement du pays, Stark Industries entretient d’excellents rapports avec le gouvernement américain et le lieutenant-colonel James “Rhodey” Rhodes, conseiller militaire auprès de l’Armée de l’air. Après un essai d’armement au Moyen Orient qui s’est soldé par un succès, le convoi de Rhodey et de Stark est attaqué par un groupe d’insurgés. Au cours des combats violents qui s’ensuivent, Tony est blessé par des éclats d’obus et capturé. Bien que le ministère de la Défense renonce à le retrouver vivant après quelques mois de recherches vaines, Rhodey ne peut se résoudre à accepter la disparition de son ami de toujours. C’est Terrence Howard qui campe Rhodey. Cité à l’Oscar pour Hustle and Flow, Howard s’est montré ravi à l’idée de donner la réplique à Robert Downey Jr. “Je l’ai découvert dans Une créature de rêve, et je l’avais trouvé irrésistible,” confie-t-il. “Quand je l’ai revu dans Chaplin, j’ai compris qu’il avait du génie.


Downey était tout aussi heureux d’avoir Howard comme partenaire. “C’est un comédien formidable et je ne suis pas surpris qu’il ait autant de succès,” souligne-t-il. “Il fallait que Tony Stark ait en face de lui un partenaire aussi dynamique que lui. Rhodey devait être son égal.
Lieutenant-colonel dans l’Armée de l’air américaine, Rhodey est officier de liaison entre le département des acquisitions et Stark Industries,” reprend Howard. “Même s’il regrette amèrement de ne pas travailler dans le privé, il est le seul qui veille aux intérêts de Tony, quitte à commettre des erreurs.
Tony peut aussi compter sur le soutien indéfectible de son assistante, Virginia “Pepper” Potts. Jamais à court d’arguments, elle est toujours là pour aider Tony à régler les différends qu’il ne manque pas de déclencher. Les producteurs savaient que Gwyneth Paltrow, comédienne oscarisée, serait parfaite dans le rôle.
Nous nous sommes vraiment félicités que Gwyneth accepte d’interpréter Pepper Potts,” explique le producteur exécutif Louis D’Esposito. “C’est une actrice éblouissante et l’alchimie entre elle et Robert a fonctionné dès le début.
Je connais l’univers Marvel depuis que je suis petite car mon frère adorait Spider-Man, mais je n’avais jamais joué dans une production aussi importante,” raconte la comédienne. “Quand j’ai appris que Robert Downey Jr incarnait, que Terrence Howard faisait partie de l’aventure et que Jon Favreau était le réalisateur, je n’ai pas hésité une seconde.
Dans la BD, Pepper Potts est la secrétaire de Tony, toujours à ses petits soins,” remarque Favreau. “Nous voulions moderniser le rôle en nous inspirant de Gwyneth, qui est à la fois intelligente, pleine d’assurance et distinguée. Pepper Potts permet à Tony de garder la tête sur les épaules, c’est elle qui organise sa vie. Ils sont très complémentaires et leurs rapports évoluent peu à peu vers une relation amoureuse. Nous voulions développer un peu cette dynamique qui n’est pas explicitée dans la BD.
Il y a incontestablement une attirance sexuelle sousjacente entre Tony et Pepper, mais elle se manifeste surtout dans leurs non-dits,” affirme la comédienne. “Pepper est la personne la plus proche de Tony, et elle représente un point de repère pour lui. Elle le protège, prend les coups à sa place quand il fait fausse route et elle lui permet de maintenir le cap. Tony est un génie, un inventeur hors normes, mais, comme beaucoup d’artistes, il n’a pas beaucoup de sens pratique et c’est en cela qu’elle lui est précieuse car elle réussit à le remettre d’équerre.
Quand Tony Stark est capturé par un groupe d’insurgés inconnu, Obadiah Stane, son bras droit et directeur général, prend les rênes de Stark Industries. Confident et conseiller du père de Tony, Howard Stark, Stane est un homme d’affaires avisé et calculateur prêt à tout pour réussir ce qu’il entreprend.
Les producteurs décidèrent de confier le rôle à Jeff Bridges, quatre fois cité à l’Oscar.
Quand j’étais gamin, j’adorais la BD, et ce qui m’a vraiment décidé à accepter le rôle, c’est l’approche très réaliste de Jon Favreau,” confie Bridges. “Il voulait que le spectateur, lorsqu’il verrait le film, puisse se dire qu’il était possible de fabriquer une telle armure et que tout cela était vraisemblable.
Je trouvais qu’Obadiah [Abdias en français, NdT] était un nom intéressant, et j’ai donc fait des recherches sur Google et j’ai découvert qu’il s’agissait du livre le plus court de la bible,” reprend-il. “Il ne fait que quelques pages, je l’ai lu, et j’ai vu qu’il parlait de châtiment, ce dont il est beaucoup question dans cette histoire. Je me demande si Stan Lee en était conscient, ou si ce n’est que pure coïncidence.
Nous n’avons jamais envisagé d’autre acteur que Jeff Bridges,” note Billingsley. “C’est un véritable caméléon capable de passer d’un rôle à l’autre, et nous savions qu’il rendrait le personnage crédible et charismatique.
Comme s’il voulait donner raison au producteur, Bridges fit part de son désir de se raser la tête pour ressembler davantage au personnage de la BD. “Je ne m’étais jamais rasé la tête auparavant, mais j’ai toujours voulu le faire,” explique le comédien. “Je me suis toujours dit qu’on me proposerait un jour un rôle qui nécessiterait que je le fasse. Quand j’ai vu le personnage de la BD, j’ai compris que la chance que je le fasse se présentait enfin. J’en ai parlé à Jon qui m’a dit que ce n’était pas nécessaire. J’aurais voulu qu’il me dise, ‘très bonne idée, il faut que tu te rases la tête.’ J’avais les cheveux très longs avant ce film, et on les a donc coupés progressivement jusqu’à ce qu’on me les rase totalement, ce qui m’a transformé en Obadiah.
Quand Jeff Bridges est entré dans mon bureau, après s’être rasé la tête et fait pousser la barbe, j’ai cru qu’Obadiah Stane s’était échappé des albums d’Iron Man et se tenait devant moi,” affirme le producteur Feige. “La ressemblance était troublante. Il aurait pu interpréter le rôle sans prendre cette apparence-là, mais le fait qu’il était prêt à tout pour incarner le personnage en disait long sur le genre d’acteur qu’est Jeff.
En captivité dans une grotte, quelque part dans la montagne, Tony fait la connaissance d’un autre prisonnier de guerre, Yinsen, campé par Shaun Toub. Médecin, Yinsen lui sauve la vie en empêchant les éclats d’obus de lui lacérer le coeur.
Yinsen est un homme cultivé qui parle plusieurs langues,” souligne Toub. “Bien qu’il soit originaire d’une toute petite ville, il a voyagé partout dans le monde. Quand on amène Tony Stark dans la grotte, Yinsen opère Tony et retire la plupart des éclats d’obus. Le plus drôle, c’est que les éclats qui restent dans sa poitrine proviennent d’une bombe fabriquée par Stark Industries.
Tandis que Tony met secrètement au point une armure, Yinsen doit calmer la colère de Raza, chef impitoyable des insurgés. Campé par Faran Tahir, Raza a capturé Tony et l’oblige à fabriquer un missile Jericho, l’arme la plus sophistiquée de Stark Industries.
Lui-même fan de la BD Iron Man, Tahir explique les motivations de son personnage : “Raza a conclu une alliance secrète et a reçu la mission d’enlever et de tuer Tony Stark. Tony est donné pour mort après l’attaque, mais Raza choisit de lui laisser la vie sauve car il comprend qu’il représente un formidable atout pour sa cause et qu’il peut concevoir une arme redoutable. Si Raza se retrouve en possession d’une telle arme, il sait qu’il pourra diriger toute la région.”
Leslie Bibb joue le rôle de Christine Everhart, ravissante journaliste d’investigation. “Beaucoup de journalistes interviewent Tony Stark, mais il y a quelque chose chez Christine qui le touche,” déclare-t-elle. “Dans le scénario, elle incarne sa conscience morale. Elle lui dit, ‘Voilà ce que vous faites et voilà les conséquences des activités de votre entreprise.’ Elle considère Tony comme un profiteur de guerre, mais en même temps, elle est totalement subjuguée par son charme et son charisme, et ne résiste pas au plaisir de passer la nuit avec lui dans sa villa de bord de mer.” Iron Man



***

Fiche technique
Réalisateur : Jon Favreau
Scénario : Mark Fergus, Hawk Ostby, Art Marcum et Matt Holloway
Producteurs : Avi Arad et Kevin Feige
Producteurs exécutifs : Louis D’esposito, Peter Billingsley, Ari Arad, Stan Lee, David Maisel et Jon Favreau
Image : Matthew Libatique, Asc
Décors : J. Michael Riva
Montage : Dan Lebental, A.c.e.
Superviseur effets visuels : John Nelson
Musique : Ramin Djawadi
Superviseur musical : Dave Jordan

***

undefined

présentation réalisée avec l’aimable autorisation de

remerciements à
Olivier Lebraud
logos, textes & photos © www.snd-films.com

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article